Nous sommes peut-être un peu plus sensible que d'autres, car ce conflit nous l'avons vécu à travers nos grands-parents et à travers notre père qui a grandit pendant 5 ans sans connaître son papa, il était né en décembre 1913 et ne l'a revu qu'en 1919 alors qu'il avait presque 6 ans, Je crois que le retour d'un père après une aussi longue absente est dure à vivre et mon père en a eu des traces toute sa vie. Le cliché ci-dessous représente une pose pour envoyer au fils, au frère, au mari et au père qui était sur le Front à l'Yser. Pour notre plus grand bonheur à nous les descendants, car nous avons une trace de notre arrière grand-père.

056-Photo Famille HENROTTE COLLIN 062

 

 

On n’a jamais vu ça ! Avec Ypres ? Aucune comparaison ! » Ces journalistes de la BBC viennent de visiter la plus grande expo (au monde !) consacrée à la Première Guerre mondiale. Celle, dès ce 2 août, intitulée « LIÈGE EXPO 14-18 » et répartie sur deux sites, l’un pour « J’avais 20 ans en 1914 », l’autre pour « Liège dans la tourmente ». Les Britanniques ont pu traverser de vraies tranchées, parcourir les ruines d’une maison bombardée par les Allemands, voir des corps exploser, sentir le souffle court du résistant qui a perdu et qui va mourir…

René Schyns, le commissaire (« J’avais 20 ans en 45 », « SOS Planet » et « Golden Sixties », notamment, c’est lui), n’a jamais été aussi fier d’une exposition : « C’est la plus belle ! Sa qualité tient au fait qu’on a pris le meilleur de toutes les autres. On a tout ! Et il y a le côté réaliste : on a vraiment l’impression d’y être. » Effectivement : les décors immersifs et les sons et lumières vous emmènent un siècle plus tôt.

Et puis, il y a les objets : « 3 000, précise René Schyns. Les pièces les plus rares, celles qu’on ne montre jamais. Très peu d’armes mais des objets insolites. » Comme cette balle franco-allemande, issue d’une scène improbable. Deux soldats s’affrontent, se tirent dessus. Les balles se percutent et fusionnent. Unique. Sur 5 000 mètres carrés ! « Je n’ai pas voulu privilégier les aspects militaires, insiste Jacques Broun, le concepteur. J’ai préféré mettre en évidence une diversité de points de vue. Le regard des soldats, des médecins, des pilotes, des artistes, des résistants... L’idée étant : en 14-18 aussi, l’horreur était la même dans les deux camps. »

Vincent Delcorps

« LIÈGE EXPO 14-18 », du 2 août 2014 au 30 mai 2015, tous les jours de 9h30 à 18h30, jusque 22 heures tous les premiers mercredis du mois.

« J’avais 20 ans en 1914 » : gare des Guillemins, 4000 Liège, 04/224 49 38 
« Liège dans la tourmente » : Musée de la vie wallonne, Cour des Mineurs, 4000 Liège, 04/ 237 90 50

Infos : http://www.liegeexpo14-18.be ou info@liegeexpo14-18.be 

 

 

Les infos du Vif aussi via Facebook

Expo j'avais 20 ans en 1914

 

Nous avons visité cette exposition avec nos petits enfants, et nous avons vécu une belle après-midi, vraiment pas trop de documents à lire, mais avec la belle écriture en attaché d'avant, des vitrines d'exposition avec des costumes, des armes, des instruments de chirurgie.... mais bien sûr ils ont beaucoup aimé le salon d'époque avec les 4 grands leurs portait image, mais un portrait (vidéo) facile à comprendre et la reconstitution d'une maison après l'attaque...et les bruitage de l'attaque et aussi celle des tranchées ... et puis à la sortie on comprend mieux comment Picasso, a peint "les gueules cassées" en tout cas s'en est inspiré ...